Dans la ville de Toulouse, on voit de plus en plus de rideurs roulant en fixie ou en singlespeed. Un de nos internautes nous présente son vélo Phoenix blanc.

Comment a commencé l’histoire de ton singlespeed ?
Tout a commencé il y a plus de quinze ans ! Ce cadre, je l’ai échangé chez « Vélo d’occasion » (une institution sur Toulouse) contre un cadre de vtt de super marché avec pédalier à clavettes et étriers de freins, pour me monter ce qu’on appelait à l’époque un vélo hybride, aujourd’hui, on dit vélo fitness. Un vélo de route dont le poste de pilotage est celui d’un « mountain bike ».

Qu’as tu transformé à cette période ?
Démontage complet du vélo, décapage du cadre et mise en place d’un apprêt de peinture, du vernis, le tout a la bombe.

Que c’est il passé dernièrement avec ton bike ?
Ce vélo a longtemps été mon seul moyen de transport autant pour la route que pour la ville. Puis moins, puis plus du tout. J’ai failli l’abandonner.
Et puis il y a deux ans, j’ai eu envie de me monter un de ces vélo dépouillés au look un peu vintage genre fixie ou single speed. Alors redécapage, re-apprêt et re-peinture thermo laquée faite chez un pro.

Et pour ce qui est des dernières transformations ?
Je ne me sentais pas prêt pour rouler en pignon fixe, du coup j’ai opté pour le singlespeed à rétropédalage. J’ai acheté la roue arrière complète chez un Bouclard de Toulouse et quelques pièces chez « Vélo d’occasion », une selle sur internet et voilà une nouvelle vie pour mon vélo!

Heureux du résultat ?
Le résultat me plait beaucoup même si les pneus en 700x23c ne son pas toujours très confortable pour passer les trottoirs et les plaques d’égout. D’ou le projet de faire un porteur sur base de VTT en fixie.

Merci JF de nous avoir fait partagé ton montage, vous aussi envoyez nous vos réalisations.