Singlespeed Mercier vintage d’un internaute

Article publié le 17 mars 2013 par rubrique Galerie et 79120 visites depuis le 01/01/2015

Aujourd’hui nous avons fait la connaissance d’Eric, un de nos fidèles internautes qui nous présente sa conversion d’un vieux Mercier en singlespeed.

Bonjour Eric, comment t’est venue l’idée de réaliser un vélo en singlespeed ?
Cela faisait longtemps que je bavai en regardant les magnifiques réalisations de singlespeed sur ce site, alors j’ai décidé de passer le pas.

Super ! Peux-tu nous dire les différentes étapes de ta conversion ?
Etape 1, trouver un ancien vélo de course avec un cadre en acier. Coup de bol, je trouve ce vélo Mercier dans un vide grenier pour 20 euros, je ne discute même pas le prix, trop heureux de le trouver. Il est léger et la taille est parfaite (56/56).

Etape 2, je démonte tout jusqu’au moindre roulement. Là, quelques mauvaises surprises, la manivelle gauche est faussée, la belle potence s’est soudée dans le tube de direction.

Etape 3, je commence à décaper le vélo en utilisant toutes les ficelles décrites sur le site, mais j’y passe des heures et des jours, en y laissant des larmes et du sang, pas de doute c’est de l’époxy ! Finalement je renonce alors qu’il ne me reste plus que les recoins des soudures (je suis têtu) et je l’emmène chez un sableur, chez Bobigny Epoxy.

Etape 4, retour de Bobigny, le cadre est d’un beau gris mat. Petit problème, je voulais une finition acier brossé genre vintage industriel. Donc, retour à l’étape 2, je repasse intégralement le cadre à la laine d’acier et au feutre à polir, monté sur une perceuse, avant de vernir au Rustol.

Etape 5, je cherche des pièces de rechange sur le web et je trouve une belle potence Cinelli ancienne (j’ai un TDD de 22 et un cintre en 25) et une superbe selle Brooks Champion Narrow parfaitement patinée.

Etape 6, je renonce aux pédaliers anciens et j’opte pour des pièces neuves, ce qui veut dire passage par un atelier pour réaliser le pas de visse pour un nouveau boitier de pédalier. Je trouve aussi un tube de selle Aéro en 25,4 chez La Bicyclette.

Etape 7, le montage final, juste avant Noël (c’est mon cadeau à moi). Je décide de laisser les roues blanches Décathlon alors que j’ai fait rayonner la jante Mavic d’origine sur un moyeu de piste BLB. Après un passage rapide chez mon vélociste pour vérifier que je n’ai pas fait de bêtises de montage ou de réglage (je vois bien que la bête lui tape dans l’œil et il valide mon travail), je file alors dans les rues alentour, c’est un régal ! Ca file comme le vent et sans un bruit. Je suis heureux comme un gosse et fier aussi ! Maintenant il m’arrive même d’y jeter un coup d’œil le soir en semaine en attendant le week end pour y gouter à nouveau.

Encore merci Eric et vous aussi partagez votre vélo avec nous. N’oubliez pas non plus, qu’il existe quelques lois afin que votre vélo soit autorisé à circuler, elles sont disponible ici

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 Responses

  1. ouahou vraiment beau boulot* et superbe résultat, félicitation

  2. Belle conversion ! un régal des yeux. Bravo.

    Bon ride !

  3. Un vélo classe, juste comme il faut ! Beau travail !

  4. beau travail, pour un resultat super efficace! bravo et bon ride

  5. Good job

  6. Désolé mais je ne suis pas d’accord avec les quelques commentaires précédents et je m’explique :

    1- ton intention de départ est bonne, tu récupères un vieux vélo, tu te débrouilles quasiment tout seul pour te remonter un vélo qui te plait…très bien !

    2- là où ça me blesse, c’est que ce vélo ne méritait pas ce sort ! En effet, les vélos Mercier (comme beaucoup d’autres d’ailleurs) ont un passé et représentent une jolie valeur patrimoniale…
    Je parle pour ton cadre mais c’est valable pour une majorité de cadres qui passent par ce site, pourtant fort intéressant. Un cadre Mercier est un cadre français, généralement fait à la main, avec des tubes de qualité (Reynolds…) bien souvent équipé de pièces également françaises (Simplex, Mafac…), ce qui fait de ces vélos des petites perles de biclou !

    3- J’ai longtemps parcouru ce site avant de me monter mon premier fixe. Et après quelques erreurs de jeunesse, je regrette aujourd’hui que ce site ne modère pas un peu plus l’enthousiasme des futurs fixés en expliquant que tous les vélos ne méritent pas forcément d’être converti, décapé, poli, repeint à la bombe, équipé de roues Décathlon….

    4- Bref, tout cela pour dire que j’espère que ton vélo te servira plus de 2 semaines avant de partir à la casse puisque tu auras surement du mal à la vendre, et qu’il est impossible de le remonter dans sa configuration initiale…

    5- Je suis content que beaucoup de personnes se (re)mettent au vélo par le biais des pignons fixes ou des single speed… mais s’il vous plait, réfléchissez avant de décaper un cadre ! Faites des recherches sur sa valeur, son passé, sur son équipement, et vous verrez qu’il vaut mieux le garder, le restaurer et le vendre pourquoi pas… afin de vous trouver un cadre de piste ou bien un joli cadre de route avec une géométrie bien sportive et un émaillage de folie !

    Sur ce, sans animosité aucune, bonne route !

  7. Bonsoir Team Bud
    Je comprends parfaitement ton point de vue sur les vélos anciens et la qualité de leur fabrication; j’ai longuement hésité avant chaque choix et essayé de préserver au mieux sa configuration d’origine , mais c’est bien l’état des pièces et même leur qualité d’origine ( ici le pédalier simplex était très attaqué et dune piètre qualité d’alu par exemple). Je n’ai par exemple fais sauter la patte de fixation du dérailleur arrière qu’à la dernière seconde ( elle avait beaucoup forcé)
    Je suis d’accord qu’il ne faille pas mutiler n’importe quel cadre, mais si tu lis bien tu verras que très souvent ce sont des survivants de la casse, et que c’est la passion qui leur donne une seconde vie, et même une certaine noblesse.
    Quand à ma « petite reine » je te rassure, elle se porte à merveille et a largement depassé le seuil des 2 semaines et sans une égratignure. J’ai toujours autant de plaisir à passer sans exception quelques heures chaque WE dessus, qu’il pleuve ,vente ou neige, et on ne peut pas dire que l’on ait été mal servi sur ce plan ces derniers mois….
    Je n’ai pas non plus l’intention de la vendre si ce n’est à quelqu’un dont je lirais de l’envie et de la,passion dans les yeux.
    Sur ce, encore une fois, je partage une grande part de tes réserves car elles sont pertinentes .

    Très cordialement
    Éric

  8. Désolé, le vélo était moche avant et maintenant il est tout simplement beau.
    Si je devais garder toutes les objets anciens de mes grand parents je me sentirai pas dans mon univers.Relooker un vieux vélo pourri en un vélo fiable et esthétiquement beau me pose pas de problème.De plus le mélange de pièces actuelles et l’aspect vintage me plaît particulièrement.
    Cela dit je trouve que ta remarque est pertinente et qu’il faut des personnes comme toi qui rappellent qu’un objet ancien se respecte.Je pense que le magnifier c’est honorer les anciens qui l’on utilisé.

  9. Re,

    Content de voir que l’on peut discuter sereinement et partager sur nos biclous adorés !!
    J’espère que ces commentaires serviront aux p’tits nouveaux se lançant dans l’aventure du « fixie »…!

    Car il ne faut pas se voiler la face, beaucoup d’entre nous sont attirés par ce phénomène de mode et ne prêteront que peu d’attention aux vélos à transformer ! Et çà, c’est fort dommage !

    Bon, sinon, Eric, peut on rentrer en contact ? J’aimerai avoir des infos sur la selle d’origine de ton Mercier car elle pourrait m’intéresser pour ma restauration en cours !!! Je fais confiance au modo de ce site pour transmettre mon mail !

    Bonne route à tous

  10. Pas de souci Team Bud pour discuter avec toi

  11. @ Yann…
    Tu n’as manifestement pas compris le message de Team Bud… et tu as encore moins d’idée de ce qu’est un vélo fiable et des « pièces actuelles ».
    Les pièces qui sont montés sur ce vélo n’ont rien d’actuelles… c’est du (très) bas de gamme comme sur la pupart des single/fixie. Elles ont un côté bling et feraient rire n’importe quel cyclo-touriste.
    Delà tu comprends ce que je pense, mais c’est subjectif je te l’accorde, du qualificatif de beau…
    C’est à la portée de n’importe quel rambo du dimanche de sabler un cadre… c’est autrement plus difficile de conserver la décoration originale du cadre et de la restaurer… même si ça implique d’avoir des parties avec quelques pets de rouille… C’est la vie un jour toi aussi mon gars t’auras des rides. Tu te passeras à la sableuse.

    Te méprends pas sur mon commentaire. Je suis pas partisan de la naphtalyne et de ne pas redonner vie à des vieux vélos et les améliorer pour pouvoir les utiliser au quotidien. Mais il y a des règles liées comme le disait Team Bud à la notion de patrimoine et d’estime de son histoire.

    Tu vois en ce moment je restaure un vieux Peugeot des années 70, en conservant la déco originale qui a bien souffert et en lui montant des pièces dépoque mais d’une autre marque et de haut de gamme qui ne pouvaient pas être montée dessus – et qui sont beaucoup plus efficaces que les pièces d’origine. Je bataille entre les différents standards, les pièces incompatibilités… mais à aucun moment je n’endommage le cadre ou fait quelque chose d’irrémédiable. Je viens de passer deux semaines rien que mour trouver un système de fixation de la patte de dérailleur alors que j’aurais pu très facilement remplacer cette patte. Et le pire c’est que ce vélo je l’ai acheté à un gars qui l’avait monté en fixie… avec le même état d’esprit. Grâce à sa démarche le vélo est toujours là.

    Et dans mon prochain projet je vais monter un Bianchi des années 70 avec des composants actuels très (très, très, très) performant. Le vélo avec un cadre acier ne fera pas plus de 7kg… et le cadre ne sera pas endommager: j’ai travaillé deux mois pour trouver une solution pour monter un moyeux arrière moderne sans élargir les bases de… 4mm. C’est ça respecter son patrimoine.

    Sinon tu ressembles à un nouveau riche bling bling du tiers-monde…

  12. Bonjour, je me présente…J’ai récupéré fait l’acquisition d’un vélo type peugeot PX50…Que je transforme en vélo peugeot de course. La peinture est très abimée (non récupérable). Je voudrais garder ce vélo pendant de longues années. je vais donc amené le cadre chez un sableur qui utilise un procédé non abrasif à basse pression qui n’abime pas le métal.

    Voyant le résultat sur le votre, j’aimerais connaître le procédé utilisé étape par étape …si vous le permettez.

    julien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Directeur artistique dans le monde du digital, je conçois et développe des sites liés à mes passions que sont le vélo avec http://le-velo-urbain.com et http://fixie-singlespeed.com, mais aussi les sports nautiques avec http://sup-passion.com. J’écris et publie presque tous les jours des articles afin d’offrir aux internautes un maximum d’informations sur ces sujets.

UA-23922483-1