Un singlespeed Compagnie Lyonnaise de Cycle à l’ancienne

Article publié le 10 avril 2013 par rubrique Galerie et 61500 visites depuis le 01/01/2015

Ce singlespeed était abandonné à côté d’une poubelle, Stéphane n’a pas pu résister à sauver ce Compagnie Lyonnaise de Cycle d’une triste fin.

Bonjour Stéphane, tu as eut de la chance de trouver ce vélo !
Oui, depuis quelques temps ça me trottait dans la tête de monter un « singlespeed » comme au bon vieux temps. Eh bien voilà, le bon dieu m’a fait un beau cadeau en me faisant croiser la route de ce vieux CLC (Compagnie Lyonnaise de Cycle), marque disparue dans les années 80, abandonné en piteux état à côté d’une poubelle.

Pourquoi monter un singlespeed ?
Tu sais, j’ai 37 ans et quand j’étais petit, je roulais en « singlespeed ». J’en garde de très bons souvenirs même si les montées me faisaient bien souffrir à l’époque. Aujourd’hui, j’assiste au retour de cette « mode » avec un regard nostalgique et je trouve tous ces vélos vraiment très beaux, très purs. Quand je me balade en ville, je scrute tous les bikes à la recherche de singlespeed. Bref, ça me plait de tous les voir, alors quand un jour en allant chercher les petits chez la nounou, j’ai croisé ce vieux CLC abandonné dans un parc, j’ai commencé à rêver. En en parlant à la nounou, elle me dit « Ah mais il est toujours là ? Ça fait 3 jours qu’il traîne là », c’était clair : on le ramène. En plus, je venais juste de finir de retaper un skate trouvé dans un ruisseau pour les petits et ça m’avait conforté sur ma capacité à redonner vie à quelque chose.

Mais il était en quel état ?
Il était vraiment dans un sale état. Les pneus complètement lisses et crevés. Il n’y avait même plus de chambre à air à l’avant. Il avait commencé à être dépouillé. Les feux avaient disparus, il manquait des câbles de frein, la selle était défoncée, bref une épave. Tout ça bringuebalait de partout, la peinture était très abîmée et toutes les pièces en chrome étaient recouvertes d’une épaisse couche de crasse grasse. Mais pour moi le principal était là : c’était un singlespeed d’époque ! On l’a donc ramené à la maison. Le sigle CLC (Compagnie Lyonnaise de Cycle), une société disparue dans les années 80, était bien lisible. Un autocollant représentant les anneaux olympiques pourrait indiquer qu’il date de 1968, année des JO à Grenoble, mais ce n’est qu’une supposition.

Super, qu’as tu fait comme travaux dessus ?
Le travail a été long. La première étape a été de le remettre en capacité de rouler. J’ai viré tout le superflu (à mon sens) : garde boue et porte bagage. J’ai remplacé la selle, nettoyé la chaîne, nettoyé les roues, le guidon, changé les câbles de freins, etc. J’ai été contents de découvrir que sous la crasse, les chromes étaient nickels et pouvaient être récupérés facilement. Par contre, pour trouver des pneus, ça n’a pas été simple car il s’agit de « 1/2 ballon », un format qui a quasiment disparu. J’ai fini par trouver ce qu’il me fallait chez mon vélociste : fond de jante, chambres et pneus qui vont bien (pas de choix esthétique par contre). Là, c’était bon, il était de nouveau prêt à rouler.

Et pour ce qui est du cadre ?
Le cadre n’était vraiment pas beau dans cet état et je me suis dit qu’il fallait passer à l’étape deux rapidement, sinon il risquait de rester comme ça un bon moment ! Alors dans la foulée, j’ai enchaîné : re-démontage complet, ponçage du cadre, coupure de tous les petits ergots devenus inutiles, etc. J’ai également démonté la fourche et le boitier de pédalier qui m’a posé un peu plus de soucis car j’ai défoncé les clavettes en démontant les pédales. Après une peinture faite maison en suivant les conseils trouvés sur le net : couche d’apprêt, 2 couches de peinture et 2 couches de vernis, l’heure était venue de le remonter. Après avoir tout bien re-graissé à la graisse bio, j’ai finalement pu tout remonter comme il faut après avoir trouvé des clavettes neuves chez le même vélociste (merci à lui). Les pièces qui ne sont pas d’époque sont : le guidon, la poignée de frein (VTT), la selle et l’ensemble pneu/chambre/fond de jante. Même les pédales sont d’époque car lorsque j’ai voulu les changer, j’ai eu la surprise de découvrir que le pas de vis n’était pas le même… Tant pis !

Tu es devenu un cycliste heureux ?
Au final, le résultat est plutôt pas mal, non !?! L’important lorsqu’on se lance dans ce genre d’expérience, c’est la satisfaction que l’on ressent ensuite à rouler avec ce vélo que l’on a refait soi-même ! Qu’il soit beau ou pas aux yeux des autres importe peu d’ailleurs. Une belle aventure en tout cas et merci de votre attention pour nos petites expériences d’amateur ! Et longue vie à votre site.

Encore merci Stéphane et vous aussi partagez votre vélo avec nous. N’oubliez pas non plus, qu’il existe quelques lois afin que votre vélo soit autorisé à circuler, elles sont disponible ici

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 Responses

  1. Excellent ! en 650b comme le miens (qui, oh péché a encore 4 vitesses)
    J ai trouvé des pneus tout noir chez mon marchand de cycle du village

  2. Très sympa, mais met ton frein à l’avant si tu ne veux pas te manger les voitures aux feux rouges !

  3. Magnifique !
    Je te conseil de remplacer les attaches « papillons  » , pas des attaches à serrage rapide , même si les papillons apportent du charme , en cas de chute ils peuvent être dangereux… 😉

  4. La plaque de protection est trop sympa ! vraiment j’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Directeur artistique dans le monde du digital, je conçois et développe des sites liés à mes passions que sont le vélo avec http://le-velo-urbain.com et http://fixie-singlespeed.com, mais aussi les sports nautiques avec http://sup-passion.com. J'écris et publie presque tous les jours des articles afin d'offrir aux internautes un maximum d'informations sur ces sujets.

UA-23922483-1