Comment peut-on de nos jours, jeter un vieux vélo de course ou même un cadre à la poubelle ! Heureusement que certains sont là pour leur donner une seconde vie.

Salut Emmanuelle, comment t’es venue l’idée de monter un fixie ?
L’idée de faire un fixie m’est venue grâce à un ami qui m’a prêté son pignon fixe pendant nos vacances à Lacanau. J’ai tout de suite apprécié cette légèreté, cette vitesse et le fait de tout contrôler avec les pieds.

Tu avais une idée de montage particulier ?
Avant de commencer ma recherche pour en acheter un, j’ai regardé les sites et blog de fixie et ça m’a
donné encore plus envie de le faire moi-même, je trouvais l’idée beaucoup plus intéressante que d’en acheter un neuf. Plusieurs sites internet m’ont permis de créer mon futur vélo sur mon ordinateur pour voir le rendu et de me décider pour le choix des couleurs. Ce fut donc le blanc et le rouge. (Coïncidence avec les couleurs du BOPB, que je supporte, pour les amateurs de rugby !)

Où as-tu trouvé ta base de vélo ?
J’ai ainsi récupéré un vieux vélo trouvé à la décharge (un Peugeot) que j’ai entièrement démonté puis poncé pour le peindre en blanc nacré, (peinture au pistolet que j’ai réalisé dans la carrosserie de mon beau-père) Ensuite gros nettoyage de décapage pédalier, guidon, frein …

Tout est d’origine ?
J’ai tout gardé d’origine mis à part les roues (de marque No logo), la chaine et la poignée de frein.

Pas trop de galères ?
J’ai eu quelques surprise en le remontant notamment la clavette de la pédale qui s’est cassé au moment de vissé, il a donc fallu la remplacer, heureusement qu’un magasin sur Paris m’a sauvé.

Alors, heureux ?
Maintenant on peut dire que je suis fière du résultat !! Ce week-end j’ai essayé de faire quelques skids mais il y a encore du travail de ce côté-là ! Le principal est de pouvoir visiter Paris sous un nouvel œil.

Merci Emmanuelle et on est heureux d’avoir aussi des filles parmi nos internautes, et vous aussi envoyez nous vos réalisations.