Modification d’un Peugeot P8 de 1982

Article publié le 14 novembre 2012 par rubrique Galerie et 23680 visites depuis le 01/01/2015

C’est en découvrant la culture fixie lors d’un séjour à Londres, que notre internaute eut l’idée de passer à l’acte en construisant sa propre monture.

Alors comme ça, c’est en Angleterre que tu as pris connaissance du Pigon Fixe ?
J’ai découvert la culture Fixie à Londres, j’ai habité là-haut pendant 8 mois et chaque jour je voyais des mecs en pignon fixe, parfois en groupe. Un jour je suis tombé sur le magasin Tokyo Fixed, mes moyens en Angleterre étant limités et ma connaissance de la ville pas assez poussé, j’ai jamais eu l’envie ni le courage d’acheter ce type de vélo.

Quand as-tu eut le déclic ?
En rentrant en France je me suis intéressé de plus en plus à cette culture, j’ai vu que pas mal de gens dans ma région ont développé ce Lifestyle et je me suis intéressé à leurs choix de cadres, de roues, etc. Pour ce qui est de mon vélo, je l’ai trouvé dans le garage de mon grand-père, collectionneur de vielles voitures et de motos anciennes. Il avait récupéré ce vélo lors d’une bourse d’échange. Au départ il ne voulait pas s’en séparé, en me disant même de le laisser comme ça !!

Finalement il a capitulé !
Oui, je suis réellement un manchot en mécanique mais j’ai réussi quand même à tout démonter (garde boue, jantes, pédalier, chaine, etc. Je me suis rendu dans le magasin incontournable de ma ville « La Roue Libre » ou je connaissais Fouad qui m’a vraiment beaucoup aidé, que ce soit dans le choix des pièces mais aussi dans le montage de ce vélo.

Quelle était ton idée ?
En voyant les vélos sur le site, je me suis dit que je voulais un fixe unique, que personne ne peux avoir. J’ai donc décidé de garder la couleur intacte, après renseignement il s’agit d’un rouge Candy, obtenue grâce à la superposition de plusieurs couches de peinture. Ma ligne de conduite était de garder le coté old-school de la chose. Je voulais à un moment passer sur une roue Aerospoke mais le rendu certes très stylé ne me convenait pas. J’ai opté, grâce au conseil de mon pote Jean Baptiste Blin qui roule lui sur Paris, pour un moyeu Flip-Flop au cas où le coté fixie ne me plaise pas.

Tu roules souvent avec ?
Oui tous les jours, il me sert pour tous mes trajets de proximité.

Merci de nous avoir fait partagé ton montage, vous aussi envoyez-nous vos réalisations.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 Responses

  1. Super réussite, félicitation!
    Où et quel modèle de flip-flop as-tu pris? D’avance merci.

  2. *****
    Superbe réalisation old school !
    Simple et efficace.
    Félicitations…

  3. magnifique couleur !!!

  4. style efficace, très joli bike. bravo

  5. Ah le plaisir de prendre nos engins en photos..
    Les beaux commentaires ne manquent pas. Allez les critiques : il ne manque plus qu’une guidoline BROOKS..la TDS ne semble pas faire honneur à la selle..à faire un sort avec les guides câble frein AR..cales pieds absents..et vu que tu comprendras que le Fixie s’avère furieusement addict, tu risque de regretter ton moyeu flip-flop fixe/libre.
    Bon Ride !

  6. C clair tds bas gamme ne merite pas une Brooks et le double plateau sur un fixie cela ne le fais pas trop non plus avec les guides de gaine .
    Sinon beau vélo à paufiner .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Directeur artistique dans le monde du digital, je conçois et développe des sites liés à mes passions que sont le vélo avec http://le-velo-urbain.com et http://fixie-singlespeed.com, mais aussi les sports nautiques avec http://sup-passion.com. J'écris et publie presque tous les jours des articles afin d'offrir aux internautes un maximum d'informations sur ces sujets.

UA-23922483-1